UN LABORATOIRE D'EXPRESSION ARTISTIQUE

LIEU D'ÉCHANGES ET DE RENCONTRES

L'année 2000 marque les débuts du collectif CitéMonde. Un objectif, mettre l'éducation populaire au coeur d'un projet artistique.

DSCN2959.jpg

Convaincue par l’action menée par Karim Ammour et Christine Defois-Ammour, la Ville de Nantes leur donne les moyens en 2000 de développer une action culturelle de proximité dans les quartiers.

 

Ce projet, baptisé CitéMonde, devient alors un véritable collectif de création musicale entre jeunes rappeurs nantais et artistes professionnels interprètes des musiques du monde (variations afro-maghrébines, afro-cubaines, françaises…). 

 

À ses débuts, le collectif répétait de manière itinérante, dans les quartiers. Il allait devenir petit à petit un réel laboratoire d’expression musicale abrité dans le blockhaus du boulevard de la Prairie-au-duc (siège actuel de Trempolino - La Fabrique).

ZOOM SUR LE BLOCKHAUS MUSICAL

Le parti-pris d’avoir un local en centre-ville (et non au sein d’un quartier) a participé à la pédagogie globale de CitéMonde : sortir les jeunes de leur contexte quotidien, de leurs marques habituelles, pour faciliter un questionnement libre sur ce qu’est un processus de création artistique.

Le blockhaus musical est ainsi devenu une salle de répétition, salle d’écriture, studio d’enregistrement où instruments de musique et matériels informatiques et multimédias était mis à la disposition des jeunes. 

DSCN4759.JPG

4 ANNÉES

dans un ancien bunker de la Seconde guerre mondiale mis à disposition par la Ville de Nantes

120 JEUNES ÂGÉS DE 12 À 30 ANS

ET 25 ARTISTES PROFESSIONNELS

2 000 HEURES D'ATELIERS

Presse

L'Hebdo de Nantes
L'Hebdo de Nantes

press to zoom
Ouest-France
Ouest-France

press to zoom
Cultures
Cultures

press to zoom
L'Hebdo de Nantes
L'Hebdo de Nantes

press to zoom
1/4